De la démocratie des cantonniers

Mardi 22 mars 2011

20 mars 2011, 1er tour des élections cantonales. L’horreur absolue, un tremblement de terre comme au Japon, suivi d’un tsunami et d’une catastrophe nucléaire – ou bien des missiles tirés sur la Libye pour libérer son peuple : le Front National atteint des scores à deux chiffres qui le mettent en position de force dans de nombreux cantons pour le second tour des dernières élections avant les présidentielles. Votez, citoyens ! Et surtout, surtout, votez bien : votez “ré-pu-bli-cain” !

La droite “républicaine” et la gauche “républicaine” s’émeuvent de l’ignoble performance du FN ce 20 mars 2011 ; de cette « vague bleu marine”. Leur esprit se trouble, s’enfume, se délite, se divise. Ici et là, certains prônent un “front républicain” (piètre mièvrerie) contre le FN (piètre rêverie). Ce sera donc front contre front : celui de l’impéritie contre celui des mirages !

Ici et là, encore, les “responsables” des partis politiques “républicains” donnent à “leurs” électeurs et à tous les abstentionnistes des “consignes de vote”. Des instructions, des appels au vote “républicain”, voire au non vote, c’est-à-dire à l’abstention (encore !), dont les mêmes “responsables” politiques se plaignent mais grâce à laquelle ils se consolent de leurs tristes résultats dans des débats télévisés ou radiophoniques convenus, savamment orchestrés. Qu’importe, il faut faire front, à tout prix ! Et voilà que ce front (cette fontanelle) se soude tout naturellement contre un front endurci. Le front “républicain” naissant une fois encore de sa propre cuisse, désarmé faute d’accord véritable, émergeant d’une douloureuse confrontation, d’un affrontement théâtral (et l’aveu collusoire de son impuissance commune face aux difficultés du monde) donne lieu à de sérieuses prises de têtes ! Que faire, bon sang, que faire ?

Le FN n’est pas républicain : il ne porte pas les sacro-saintes valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, c’est clair, dit-on ici et là. Mais qu’entend-on du côté des “vrais républicains” ? Que les électeurs doivent impérativement voter pour tel ou tel candidat “républicain” pour faire barrage au FN ; pour qu’il n’y ait PAS UN SEUL ELU du FN dans les conseils généraux malgré l’expression populaire (ignorante, il est vrai). Heureusement qu’il ne s’agit que du 1er tour (de chauffe, NDLR).

Où est donc la Liberté du citoyen de voter comme il l’entend ? Quel mépris pour l’intelligence et les désirs du peuple (NB : si le mot “peuple” sonne trop populiste à vos oreilles meurtries, préférez-lui celui de “citoyens” ou tout simplement de “gens” !)

Certains caciques de l’UMP, du PS et d’autres partis “républicains” déclarent avec emphase qu’on ne peut pas inscrire le signe = entre le FN et les autres partis (bien que le FN ait une existence légale et donc, si je ne m’abuse, républicaine). De quelle égalité parle-t-on alors ? Je me pose sans cesse la question. Mais, tenez-vous bien, nous sommes tous, quoi qu’il en soit, fraternels et solidaires ! Laïcs, peut-être, à l’occasion. Allons, allons ! Surtout ne pas “stigmatiser” (le mot est à la mode parisienne) les électeurs du FN ! Pardonnons-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font !

Mais qui sont donc ces “autorités (morales ?)” qui glosent à l’envi sur nos valeurs républicaines et entendent dicter aux citoyens la manière de “bien” voter ? qui font l’appel (à la rescousse) ? Les citoyens (les gens, le peuple, la plèbe, le vulgus) seraient-ils à ce point idiots qu’on ait besoin de leur dire l’art de bien voter ?

Piètre démocratie ! Pauvre république ! Triste pays !

– « Vous avez voté “écolo” au premier tour, eh bien votez PS, ou à défaut UMP au second, si d’aventure le cas se présente ! »
– « Vous avez voté UMP au premier tour, pauvre malheureux, alors votez PS, écolo, voire communiste au second ! Faites donc ce qu’on vous dit : il faut faire front, même si le front est dégarni ! »

Si nous sommes vraiment en démocratie, alors qu’on se le dise : il faut laisser aux citoyens le choix de la conscience, de la mémoire, des frustrations, peut-être du dégoût. Et, bien sûr, évidemment, du désir et de l’espoir !

Dimanche dernier, 20 mars 2011, j’ai voté “écolo” par défaut et par dépit. Dimanche prochain, j’aurai le “choix” entre le FN et le PS ! Je n’ai besoin de personne pour blanchir ma conscience et, le cas échéant, régler mes comptes avec elle !

Citoyens, dimanche prochain – et toujours ! – votez en votre âme (si vous en avez une) et conscience politique (s’il vous reste un peu de cette qualité-là dont on voudrait vous priver) !

Amitiés citoyennes.

Leave a comment

Your comment

*