Des pigeons sur le faîte

Quatre pigeons sont venus se poser tout à tour sur le faîtage de la vieille maison d’en face. Le toit est en tôle ondulée. Il est tout rouillé. Il est aussi vieux que la bâtisse qu’il protège tant bien que mal de la pluie, de la neige, du vent, de toutes les intempéries, le soleil y compris.

Tout là-haut les pigeons s’organisent en toisant le village. Il y a entre eux une égale distance, un mètre à vue de nez. Et l’illusion commence devant mes yeux chassieux et mon bol de café. Il est sept heures du matin.

On n’entend rien d’ici, pas le moindre roucoulement. Les volatiles se bécotent tout en se becquetant le plumage de concert comme dans un rituel. Qui ose dire encore que ces bêtes-là sont sales et sans amours !

Soudain un pigeon se rapproche d’un autre et brise du même coup le bel écart égal, cette harmonie visuelle, toute cette géométrie. Le quatrième, à droite, s’éloigne alors pas à pas, prend sa place à l’écart et poursuit sa toilette sur le vieux toit rouillé. On sent venir alors une prise de becs, aussitôt parée car l’oiseau exilé – on ne sait pas pourquoi – s’envole et disparaît. On n’est plus à la fête.

Ces pigeons ont un grain dans la tête comme au bec. Les voilà qui se toisent à nouveau et trottinent l’un vers l’autre dans une belle anarchie. Dans un vain battement d’ailes et comme des funambules, ils défont encore l’agencement initial de ma propre esthétique. Et leurs plumes grises redeviennent banales. Je descends de leur ciel (et du mien), déçu de n’avoir pu leur demander ce qu’ils faisaient là-haut sur ce perchoir de fortune.

Je suis redescendu à l’étage supérieur pour écrire ces lignes après l’observation. Audubon n’aurait pas fait mieux malgré ses beaux dessins et ses planches colorées. Je remonte maintenant sous mon toit pour contempler à nouveau la scène et tenter de la comprendre mieux. Le toit d’en face est vide, les pigeons se sont volatilisés. Sans doute ont-ils élu domicile dans des quartiers divers.

A l’horizon, pas la moindre tourterelle, pas l’ombre d’une colombe.

Leave a comment

Your comment

*