Éternité

Sous la plume incertaine d’un oiseau blessé
Se tracent quelques symboles
Dans une encre de sang.

L’oiseau palpite encore
Son petit ventre enflé
Rend par son bec un souffle.

Un souffle, le dernier, son premier
Celui séché sur la page éternelle
Des regrets, de courte vie passée.

L’oiseau meurt, il s’est livré
À celui qui fort de la brindille de plume
S’en va parler d’éternité.

Leave a comment

Your comment

*